Recherchez sur notre blogue

Recherche  

  • L
  • Parcours d
  • Les Jeux de Bri-Bri Inc. |  Des mots plein la bouche
 
         
 
 


RetourStratégies à l'école pour les enfants dysphasiques (trouble primaire de langage)

Comme je l’ai expliqué dans mon article sur le préscolaire, la dysphasie ou le trouble primaire de langage est un trouble qui touche la communication. Je vous mentionnais qu’en bas âge, l’enfant a souvent de la difficulté à comprendre et se faire comprendre, mais qu’en vieillissant, la difficulté réside plus au niveau de la compréhension verbale donc des concepts et consignes, de l’abstraction, des expressions ainsi qu’au niveau du discours qui est désorganisé et difficile à suivre.Ce qu’il faut comprendre est le fait qu’en bas âge, on utilise beaucoup de visuel, des dessins et des images. Par contre, après l’âge de 6 ans, leur monde devient de plus en plus verbal et le cursus scolaire, comme nos relations sociales sont basés sur une excellente maîtrise de la langue. Ainsi, ils ont de la difficultés à comprendre ce qu’ils lisent, à suivre les consignes, à débuter des tâches, à réaliser des travaux, à faire des liens. À tort, on croit qu’ils ne sont pas capables d’apprendre ou bien qu’ils sont stupides. Ce tableau peut paraître pessimiste et je suis heureuse si vous lisez ceci et que vous vous dites que votre enfant dysphasique ne vit pas cela. Par contre, pour ceux qui se disent que ce tableau s’apparente à leur enfant, vous devez vous demander comment on peut faire pour leur facilité leur vie.

  • Une première chose que nous devons faire est de ne jamais prendre pour acquis qu’ils ont compris. Ne leur demandez pas s’ils ont compris, mais plutôt de vous expliquer ce qu’ils ont compris. Les personnes dysphasiques ne peuvent pas identifer leurs incompréhensions car ils croient avoir compris, mais ils l’ont compris à leur manière. Un exemple que je donne souvent aux parents sont les mots additions et soustractions. On utilise ces termes fréquemment en classe, pourtant, si on leur demande verbalement de faire une addition, ils seront bloqués. Par contre si on leur met les chiffres avec le signe « plus », ils le feront facilement s’ils sont bons en calcul.
  • On entend aussi souvent que les personnes qui présente une dysphasie ne peuvent pas faire d’inférences. Faux. Ils en font quotidiennement et facilement. Leur difficulté réside non pas dans l’inférence, mais dans le vocabulaire. Si un enfant ne parvient pas à faire une inférence, c’est qu’il y a un mot ou un concept qui est incompris. Il faut donc le plus possible imager les mots qu’ils lisent et activer leurs connaissances avant la lecture du texte. J’ajouterais aussi qu’il arrive fréquemment qu’ils connaissent un mot, mais que hors contexte, ils ne parviennent pas à faire le lien. Par exemple, j’ai rencontré un enfant super il y a quelques semaines et en lui demandant de me définir le mot « atlas », il ne savait que répondre. Sa mère était surprise car il a un atlas sur son bureau dans sa chambre et il l’appelle Atlas. Une fois qu’elle lui a rappelé ce fait, il a très bien donné la définition. On aurait pu aussi lui montrer l’image d’un atlas sur google image (qui est super pour aider dans les devoirs avec les enfants qui ont des incompréhensions).
  • Une autre mythe est le fait qu’en mathématique les personnes qui présentent une dysphasie devraient être bons. Tant mieux si les mathématiques vont bien. On s’en réjouit! Par contre, mis à part le calcul, les mathématiques sont sous tendus par le langage. En géométrie, le vocabulaire tel que parallélogramme, hexagone, octogone est ardu. En résolution de problèmes, on utilise une panoplie de termes abstraits (ex:de plus que, en tout, ensemble…). En numération, on utilise « immédiatement, suivant, précédent, enlève, ajoute… ». En logique, l’enfant lit des phrases avec des concepts et doit relier ces concepts entre eux (ex: le coeur est à gauche du carré. Le carré est sous le cercle…). Pour le calcul, il y a moins de termes, mais cela demande un très bon accès lexical et une bonne mémoire de travail qui sont généralement tous les deux défaillants chez les personnes dysphasiques.

Voici quelques trucs généraux pour la classe qui ont plus trait à la flexibilité pédagogique qu’à des adaptations.

  • Si l’enfant a de la difficulté à comprendre les consignes, on peut: mettre des mots clés au tableau, donner une information à la fois, répéter et reformuler, s’assurer de sa compréhension en le guidant
  • Si l’enfant a une difficulté d’accès lexical, ceci implique que toute information stockée est plus lente à être retrouvée donc les tables, les inférences, les réponses aux questions qui ne sont pas dans un texte. Il faut donc laisser plus de temps, donner des choix multiples, permettre la calculatrice. Oubliez donc les concours minutés, ils découragent les enfants et leur causent un stress intense
  • Si l’enfant a de la difficulté à écrire des textes, on peut lui faire travailler le texte à l’oral auparavant et ensuite utiliser un plan détaillé

Écrivez-moi vos questions, si vous en avez. Elles font profiter les autres!



publié par: Céline de Brito | Orthophoniste | Les Jeux de Bri-Bri Inc.


Bonjour,

j'aimerais en apprendre plus sur les stratégies proposées et leur application avec des élèves d'âge secondaire. Nous faisons souvent face à des diagnostiques sans suivis et les enseignants se questionnent sur les meilleurs moyens d'aider ces élèves.

Merci beaucoup,
Annie

commenté par: Annie Gaudreault le 07-02-2012

Bonjour!! Moi j'aimerais avoir des trucs pour préparer ma fille pour les représentations orales, disons que le stress n'est pas le meilleure ami de la dysphasie ;) Merci!!

commenté par: Geneviève le 27-07-2012

Bonjour, Ma fille Joséphine est en classe de CP, elle a 6 1/2 ans. Elle n'arrive pas à suivre le programme... elle a le ssesad qui intervient, mais rien, ne change... Pouvez - vous me dire comment je peux l'aider à l'école, mais aussi à la maison, car elle voit bien qu'elle est différente et elle pleure chaque soir en rentrant de l'école. Merci!!!

commenté par: claire le 23-11-2012

Seigneur, il semble qu'avec notre nouveau site internet , vos commentaires n'aient pas été répondus.Je vais donc tenter d'y répondre simplement.

Pour la question sur les stratégies au secondaire, j'aurais besoin de savoir si vous travaillez en classe régulière ou en adaptation scolaire

Pour la question concernant les exposés oraux et bien une première chose est de demander à l'enseignante que votre enfant sache exactement la journée et l'heure où elle va devoir faire son exposé. Je ne connais pas l'âge de votre enfant, mais de mettre des repères visuels à la place des phrases comme notes est aussi une bonne idée . Peut-être que d'autres lectrices ont d'autres trucs ...

Pour la question concernant l'intervention à la maison et à l'école pour Joséphine 6 1/2 , il faudrait tout d'abord identifier les faiblesses à améliorer car chaque personne dysphasique a des enjeux différents . Vous pouvez toutes me contacter à info@blogorthophonie.com

commenté par: Céline le 13-12-2012

Bonjour. Mon fils a 8 ans, et est dysphasique mixte sévère. Il est en 2ieme année régulière. Son dernier bulletin montre qu'il ne passera pas son année. Il a 20% en francais et 24% en maths. Mais il a 85% en enseignement religieux. Sa prof et moi, nous avons une divergence d'opinion. Ç'est assez mélangeant mais je vais essayer d'être clair. Je vous explique: Sa prof se sert de son 85% en enseignement religieux comme point de comparaison pour dire qu'il "comprend" très bien et que : *-Quand il veut....il peut.* (en sous entendant qu'il n'aime pas faire d'effort) Moi, je vois ça autrement et je pense que ce 85% prouve que:*-Quand on passe par ses forces= Il peut.* La plus grande force de mon fils est le "visuel". L'enseignement religieux est une histoire imager qui fait appel a cette force. C'est pourquoi, il performe dans cette matiêre. Le francais et les maths, font appel au raisonnement, à la très bonne compréhension des textes et des consignes et de la logique. Ce qui est complètement différent. Je pense que si elle adapterait son approche pédagogique en tenant compte de la force de mon fils, au lieu de tenir pour acquis que *Quand il veut...il peut* Peut-être que ça ferait une différence. Qu'en pensez-vous ?

commenté par: france le 16-02-2013

Merci pour votre article. Il donne plusieurs pistes pour aider nos enfants. Il y a tellement à faire pour les aider même si on est entourés de bons spécialistes. C'est difficile avec l'école quand notre enfant fait de la dysphasie modérée. C'est long avant d'avoir de l'aide, il faut malheureusement que notre enfant vivre plusieurs échecs scolaires malgré les recommandations des spécialistes. En tant que parent cela demande beaucoup de courage et d'énergie pour garder la motivation de notre enfant.

commenté par: Marie le 28-02-2013

Bonjour,
Je suis AVSI. Cette année, je prends en charge un élève dysphasique. Il rentre en 6ème. Il éprouve de très grandes difficultés en orthographe : je dois lui épeler tous les mots. L'équipe pédagogique supprime les cours d'Anglais. Je souhaiterais profiter de ces 4 heures pour le faire progresser en Français. Auriez-vous des conseils à me donner sur les exercices ou les jeux que je pourrais lui proposer ? Je vous remercie pour votre aide.
Bien cordialement
Claire

commenté par: Claire le 03-09-2013

Bonjour, je suis maman de trois enfants dont deux dysphsique.Mon troisième n'a que 5 mois et sincèrement,j'éspère qu'il ne le sera pas.Ma grande fille de neuf ans est en troisième année.Elle a dû doublé sa première année,car elle ne lisait pas assez vite et apprenait difficilement ses mots de vocabulaire.Avec beaucoup de pratique,elle réussi a parler ,mais je dois encore la faire répéter.Elle bégaye énormément quand elle veut dire plein de chose en même temps.Je suis contente,car elle reussi a se faire comprendre des autres et reussi aussi a se faire des amies.Par contre,ma deuxième de 6 ans,c'est une autre histoire.Elle est en première année et c'est très compliqué.Comme la première,elle a de l'ortophonie a toute les semaine.J'envoie le rapport de l'ortophonoste au professeur pour qu'elles travaillent ensemble.Cependant,quand l'enseignante pose une question au groupe,ma fille lève la main pour répondre (ce qui est très bien),malheureusement,elle est complètement hors sujet et ses copains de classe rient d'elle.Ce que je trouve aussi inquietant,c'est qu'elle ne sent rend pas compte du tout.Pour elle,elle est au même stade qu'eux.Elle ne se fait pas du tout comprendre des autres et la semaine dernière,nous avons eu un plan d'intervantion à l'école et le directeur parle déjà de l'envoyer dans une autre école dans une classe spécialisé pour l'an prochain.On m'avait proposer l'an dernier de lui faire doubler sa maternelle,mais j'ai refusé par peur qu'elle manque d'estime de soi.Maintenent,je crois que je regrette mon choix.Alors vous comprendrez que j'éspère que mon petit dernier ne le sera pas,car je crois que je vais me décourager.Pouvez-vous m'aider à aider mes filles?

commenté par: katy le 29-10-2013

Bonjour, moi je m'appelle Lyse et je suis dysphasie depuis à mon age de naissance mais maintenant je suis une grande fille.Moi, je n' ai pas eu la chance de naître dans un milieu ou on comprenne que c' est une maladie. On m' a battu souvent parce que je n' ai pas compris. Pour moi composer une phrase c'est difficile et pour trouver les mots à dire c'est difficile. Dans l'examen je préférais choix multiple parce que ça m'aide à mon souvenir mais si tu me demandes de faire une composition c'est difficile pour moi. Les gens me trouvent ennuyante parce qu' il n'entend pas ce que je dis et il me demande encore que ce que tu viens de dire? Je répète encore. Tous ce que tu as dit est vrai. On se convainque qu'on a compris alors que non. Si on te demande ce que tu as compris, tu ne peux pas le dire.

commenté par: lyse le 28-02-2014

Bonjour Lyse, quel âge as-tu? J'aimerais savoir ce qui t'aide à passer au travers tes études, en français par exemple. As-tu des trucs pour mon fils de 8 ans dysphasique? Il a beaucoup de misère à retenir le vocabulaire à apprendre. Comment as-tu fait pour apprendre ton vocabulaire? Merci 


commenté par: Mélanie le 31-01-2015

Article très intéressant et clair. J'aimerais aussi trouver des supports pour aider mon fils de 12 ans diagnostiqué en cours de 6ème....Une pénurie d'orthophoniste chez nous, liste d'attente d'un a trois ans, voir même pas de liste d'attentes :s.
Merci de mettre votre expérience au profit de parents démunis !

commenté par: cristina pereira le 18-06-2015

Ma fille de 12 a des difficultés à comprendre ce qu'elle lit...elle lit des mots qui forment des phrases mais quand on lui demande d'expliquer c'est le blanc.
Lors des devoirs en classe , comme elle ne comprends pas le texte , elle n'arrive pas à répondre aux questions posées,elle a de mauvaises notes et est découragée.
Je ne sais pas quoi faire pour l'aider...

commenté par: alex le 20-11-2015

Bonjour,ma fille de 7ans est dysphasique, ceci a été déceler tard l année passée, donc nous avons décidé de la faire doubler sa 1 ere primaire. Et avons fait la démarche pour avoir une aide,mais là, surprise le centre pms de l école veux la mettre en enseignement spécial.mais nous parents,pensons que notre fille est capable d y arriver avec du travail bien entendu.donc nous refusons de la mettre en enseignement spécialisé. Qu en pensez vous.car ceci me bouffe la santé. Merci

commenté par: Nancy le 05-09-2016

AJOUTER UN COMMENTAIRE  |  PARTAGER Partager sur Facebook Partager sur Twitter
 
 

Les Jeux de Bri-Bri Inc.

Symbolicone - Jeux pour stimuler le développement du langage

Caouette, Hélène Orthophoniste







Parcours d
 
 

Pour tout commentaire, suggestion ou question à propos du blog ou bien pour mettre une annonce,
vous pouvez nous contacter à